Toutes les actualités

Vous retrouvez ici toutes les actualités de toutes les formations de l'Université Catholique de l'Ouest Bretagne-Sud. Vous pouvez par le menu sélectionner les actualités d'une formation ou afficher seulement celles de l'établissement.

15/09/2015 - Nouvelle mineure : DROIT

UCOBS

Voir le site

15/09/2015 - OUVERTURE L1 STAPS

UCOBS

La formation universitaire en STAPS vise l’obtention d’une Licence ou d’un Master et offre des débouchés importants. Les secteurs d’activité professionnelle proposés par les STAPS couvrent les champs de l’animation, de l’encadrement et de l’entrainement dans les activités sportives (dont les activités nautiques), de l’enseignement (professeur d’Education Physique et Sportive, professeur des Ecoles, de la santé, des loisirs et du tourisme.

Pour l’IFEPSA, initiateur de ce projet, les taux d’insertion professionnelle à la sortie de ces formations à bac +3 ou à bac +5 sont en effet de l’ordre de 85 %. Il importe également de mentionner les bons taux de passage de la première à la deuxième année, de l’ordre de 70 %, bien supérieurs à la moyenne nationale, et de fait le niveau de réussite pour l’obtention du diplôme de Licence.

Le projet UCO BS / Vannes-Arradon vise ainsi à proposer aux lycéens titulaires d’un baccalauréat la possibilité de poursuivre des études STAPS dans une proximité géographique, tout en bénéficiant d’un cadre favorable à la réussite et à l’épanouissement personnel.

Voir le site

30/03/2015 - Collaboration renforcée entre les 2 licences professionnelles Assistant Export Trilingue de l’UCO en Bretagne

Licence professionnelle "Assistant Commercial Import Export Trilingue" parcours "Techniques digitales en commerce international"

Le 3 février 2015 : une conférence organisée par Charlotte Huet et la CCI des Côtes d’Armor a réuni l’ensemble des étudiants des 2 campus à Guingamp sur le thème « gérer la logistique à l’international : intégrer ou externaliser ?».

Le 27/28 février 2015 : présence pour la première fois des 2 formations sur le salon de l’alternance à Rennes. Deux parcours distincts (UE4) sont possibles dans le cadre d’un contrat de professionnalisation :

À Guingamp : administration et logistique de l’exportation (depuis 2013)

À Arradon : techniques du commerce numérique à l’international (depuis 2014)

 

Le 19 mars 2015  : présentation - en présence de Bretagne Commerce International (organisation regroupant l’activité export des CCI territoriales bretonnes) et de certaines entreprises - des résultats d’une enquête menée par 2 groupes d’étudiants (UCO-BN et UCO-BS) dans le cadre des projets tuteurés. L’étude, réalisée par téléphone auprès de 92 responsables export ou chefs d’entreprises (sur les dpts 22 et 56) a pour but de comprendre les freins et facteurs clés de succès à l’international afin de proposer des recommandations concrètes pour « booster » les ventes à l’export. Cette étude sera remise aux entreprises ayant participé à l’enquête ainsi qu’aux principaux acteurs institutionnels du commerce international (CCE, CCI, VIPE, BCI, etc.).

Photo  du 19 mars : 

Alina Corbin, ADV export Contec Europe, ex-étudiante LPAET UCO-BS
Sylvie Foutrel, Responsable de la Licence Pro. Assistant Export UCO-BS
Patrick Cadiou, Directeur BCI
Pauline Cochepin, étudiante LPAET UCO-BS
Laura le Blay, étudiante LPAET UCO-BS
Antoine Le Jeune, étudiant LPAET UCO-BS
Pierre Henrio, étudiant LPAET UCO-BS
Kevin Dupas, étudiant LPAET UCO-BN
Charlotte Huet, Responsable de la Licence Pro. Assistant Export UCO-BN

 

17/03/2015 - Rencontre des anciens du master tourisme

UCOBS

Mardi 17 mars, venez rencontrer des professionnels du tourisme issus du master de l'UCO-BS :

9h30 : les carrières multiples pour un même secteur : le tourisme (table ronde)

14h : l'e-tourisme aujourd'hui et son impact sur les métiers (table ronde)

Les rencontres se dérouleront sur le campus de l’UCOBS.

(GRATUIT ET OUVERT À TOUS)

Voir le pdf

2/03/2015 - Etude sur la notoriété et le tourisme à Ploemeur

Master Tourisme « Gestion de projets et destinations touristiques »

Ouest-France et Le Télégramme se sont fait l'écho du travail de nos étudiantes.

4/02/2015 - La Grande Guerre à l'UCO-BS

Licence "Histoire"

Le centenaire de la Grande Guerre a été l’occasion d’engager un travail en partenariat avec les Archives départementales : il consiste à préparer l’édition du registre de délibérations municipales de Josselin entre 1914 et 1920. L’enquête est originale : si nombre de lettres ou carnets de poilus ont été édités, ce type de source n’a jamais véritablement retenu l’attention. Il permet d’observer l’effet de la guerre sur une commune de l’arrière, et de tester à l’échelle locale un certain nombre d’hypothèses et concepts avancés par l’historiographie : entrée et sortie de guerre, culture de guerre, guerre totale, mémoire de la guerre, etc.

L’année a essentiellement été consacrée au travail d’annotation qui se fait selon des règles très précises, qui n’excluent pas de multiples questions car il y a toujours des choix à faire. Mais nous avons aussi eu le plaisir de recevoir des chercheurs venus nous présenter leurs travaux (Bertrand Moisan, Erwan Le Gall), de nous rendre à une des conférences du cycle sur les Morbihanais dans la guerre, ainsi qu’à l’exposition des AD.

Voir le site

8/01/2015 - VIDÉO NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

UCOBS

Voir le site

4/12/2014 - Le politique et le militaire : comment se prend une décision ?

Licence "Histoire"

Le président de la République est le chef des armées, le Premier ministre est responsable de la défense nationale. Le ministre de la Défense est responsable de la préparation des moyens et de leur mise en œuvre. Il contribue également à la défense civile. Le chef d’état-major des armées (CEMA) a des responsabilités opérationnelles en ligne directe avec le président et a autorité sur les chefs d’état-major d’armée (Terre, Mer, Air) pour les opérations. Pour exercer ses responsabilités, le CEMA dispose du Centre de Planification et de Conduite des Opérations (CPCO) et des commandements permanents ou de circonstance qui constituent un réseau de veille et d’alerte pour anticiper les crises, et un clavier de moyens disponibles pour agir : commandants interarmées dans les DOM-TOM ; commandants de forces prépositionnées (Afrique) et commandants interarmées de zones maritimes (Océans Indien et Pacifique) ; officiers généraux de zones de défense et de sécurité ; commandants de zones maritimes/préfets maritimes (Cherbourg, Brest, Toulon), commandant de la défense aérienne, commandants d’OPEX dirigées par la France ou  représentants français (REPFRANCE) au sein des OPEX multinationales (OTAN, UE…), qui informent le CEMA.

Lorsqu’un événement ou une crise extérieure survient impliquant notre pays, une cellule de crise se réunit pour apprécier la situation à partir des informations fournies par la DRM, la DGSE et le réseau des ambassades, et échanger sur  les solutions envisageables et les possibilités d’action. Y participent le ministère des affaires étrangères MAE (pilote), celui de la défense et l’EMA, les ministères concerné (MININT…), différents organismes  (DGSE, SGDSN…). Le CEMA avec le CPCO propose les modes d’action militaires en rapport avec l’effet politique recherché.

L’appréciation de situation et les différentes options sont présentées au président de la République qui tranche au cours d’un conseil de défense restreint auquel participe le CEMA. 

Le vice-amiral Hébrard insiste sur la nécessité d’envisager, dans une perspective globale, la continuité entre action militaire et objectifs politiques. Lyautey déjà appelait à ne jamais entrer dans un village sans penser à la nécessité d’ouvrir le marché le lendemain. Les militaires ne sauraient être cantonnés au seul rôle de techniciens de la guerre. Ils peuvent aussi aider le politique à résister à la pression de l’émotion qui peut conduire à des engagements peu réfléchis. La vision du temps long doit prévaloir (Dominique Moïsi, La Géopolitique de l’émotion, Paris, Flammarion, 2011).

 

Pour approfondir : Livre Blanc. Défense et sécurité nationale, 2013 (disponible en ligne)

28/11/2014 - Une journée à Rennes pour les étudiants d'histoire et lettres

UCOBS

La journée réunissait plusieurs professionnels, spécialisés dans le domaine de l’histoire et de la gestion du patrimoine, aux Champs Libres.

Equipés de nos badges de l’UCO, et après avoir pris un bon petit déjeuner à l’entrée, la journée fut inaugurée par une conférence sur la mémoire des villes. Nous avions alors une introduction sur l’écriture de l’ouvrage Villes de Bretagne : Patrimoine et Histoire, avant d’accueillir une table-ronde de six historiens spécialisés sur la question de la mémoire des villes, avec lesquels nous avons pu échanger en fin de matinée. Après une courte pause déjeuner, nous avons pu visiter le Musée de Bretagne et ses différentes expositions, notamment sur l’Histoire de France en Publicité. Puis nous avons repris les interventions de spécialistes du patrimoine, qui nous ont exposés leur programme de valorisation du patrimoine des villes de Bretagne comme Rennes, Concarneau, etc… Nous avons dû quitter cette intéressante journée vers 16h, la tête pleine de projets de balade audio et d’histoires citadines.

Elie Garnesson

 

Voir le site

13/11/2014 - Robocop : le soldat de demain ?

Licence "Histoire"

La recherche démarre sur des questions « basiques » qui se complexifient ensuite. Ainsi : qu’est-ce qu’un robot militaire ? Quelle condition d’acceptabilité et d’empathie par l’utilisateur ? Quel impact sur l’organisation des forces, la cohésion et le commandement ? Problème de l’interface homme-machine ? Quel emploi légal ? Problème des systèmes d’armes létaux automatiques (SALA), identique à celui des drones aériens. Quel impact dans la conduite des opérations, peur du robot par les populations dont il faut gagner les cœurs (OPEX) ? Impact dans les relations internationales, dans la base industrielle, aux frontières (convergence des approches défense et sécurité).

Certaines ONG s’opposent aux robots armés (« killer-robot » puis SALA) du fait de leur capacité d’agression en arguant qu’ils échappent au contrôle humain. L’emploi du robot militaire doit respecter le droit sur les conflits armés. En fait la définition du robot autonome implique une capacité décisionnelle en propre qu’il n’aura pas à court terme. Le robot se différencie du missile ou de la mine par sa propriété  « réutilisable » ; il n’est pas télécommandé (cas des drones).

Deux solutions convergentes sont étudiées pour accroître l’efficacité des robots, source d’économies  budgétaires et humaines : le développement de l’autonomie du robot (programmation, intelligence artificielle) ou, plus réaliste, l’augmentation de l’efficacité du combattant par insertion de systèmes capacitaires spécifiques. Des sociétés américaines (Google) investissent des sommes colossales dans cette recherche. Une littérature trans-humaniste où le robot remplace l’homme existe, mais ROBOCOP n’est pas encore le soldat de demain. Un véritable choc des approches existe entre Américains et Européens dont la France à propos de la recherche. Les Américains ne se mettent pas de limites a priori et s’attachent au comment de la réalisation, le volet éthique survenant a posteriori. La France et l’Europe s’attachent d’abord au pourquoi et à l’emploi pour garantir la conformité des robots au droit des conflits armés. Le maintien de l’intervention humaine dans l’utilisation des robots est affirmé en France. Les ONG ne l’acceptent qu’à la condition d’un contrôle humain significatif. Les robots sont utilisables pour les tâches répétitives, de protection et de reconnaissance. La France, comme l’Europe, a manqué le virage technologique dans ce domaine (drones) et a pris du retard ce qui la contraint à acheter pour l’instant sur étagère aux Américains (Drones Reaper) Toutefois elle dispose de toutes les composantes industrielles de la robotique mais pas de structure industrielle globale.

Pour aller plus loin :

 

Didier DANET, Jean-Paul HANON, Gérard de BOISBOISSEL, La guerre robotisée, Economica, 2012

Voir les vidéos des colloques et manifestations disponibles sur le site des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan dans la partie Centre de recherche, Pôle Action globale et forces terrestres : 

Voir le site

Pages :